Paruline à flancs marron




Compte rendu du Grand 24 Heures du COQ 2017

Du 19 mai 17 h au 20 mai 17 h

Établir longtemps à l’avance les dates du Grand 24 heures du COQ est toujours un pari car on ne peut pas savoir quel genre de printemps nous attend. Cette année, les 19 et 20 mai pouvaient sembler hâtifs compte tenu du printemps frais et pluvieux qu’on a connu, mais il faut savoir que certains des meilleurs décomptes ont été faits à des dates similaires dans le passé… et certains des moins bons à des dates plus tardives

La migration des parulines ne faisait que commencer et certaines espèces traditionnellement tardives, comme le Moucherolle à côtés olive et le Moucherolle à ventre jaune, ont brillé par leur absence. Par contre, le faible développement du feuillage rendait plus aisé le repérage des passereaux. Le beau temps fut de la partie, le petit vent du nord-ouest rendant les températures un peu fraîches le matin.

Pour cette vingtième édition, nous avons totalisé 194 espèces, soit deux espèces au-dessus de la moyenne de tous les 24 heures et huit de plus que l’an dernier. Aucune nouveauté ne s’ajoute à la liste cumulative, qui demeure à 264 espèces. Deux vedettes se détachent du lot :

Ce n'est que la seconde fois que ces espèces sont notées lors d'un 24 heures.

L'Aigle royal repéré par Peter Lane à Saint-Augustin est aussi digne de mention (troisième fois), de même que le Bruant des champs par Yvon Maheu à Saint-Lambert (quatrième fois). Au cap Tourmente, Pierre Otis et son groupe ont trouvé un Hibou des marais (cinquième fois), Daniel Campeau un tardif Bruant hudsonien (cinquième fois) et François et Roger Dion une Grive à joues grises (sixième fois). La Grande Aigrette a été observée par Thomas Biteau à Rivière-Ouelle (sixième fois), le Phalarope de Wilson par Gaétan Lord (moi-même!) à Montmagny (septième fois) et le Bécasseau à poitrine cendré par Sébastien Deladurantaye et son groupe à Saint-Raphaël (septième fois).

La région de Charlevoix n’a pu être couverte mais quelques précieuses listes de Rivière-Ouelle nous ont permis d’ajouter les alcidés habituels. Parmi les absents notables, le Jaseur d’Amérique est peut-être celui qui surprend le plus. Signalons aussi la défection du Garrot d’Islande et de la Mouette tridactyle, ainsi que certains tyrannidés, comme mentionné plus haut. Par contre, les 17 espèces de limicoles constituent une belle surprise. Les anatidés et les rapaces diurnes furent également au rendez-vous. Bref, ce qui manque d’un côté est souvent compensé par d’autres espèces, dépendant de la date et des conditions météo

Un gros merci à tous les participants!

Le coordonnateur du 24 heure du COQ,
Gaétan Lord



Retour à l'accueil du Grand 24 Heures du COQ