Paruline à flancs marron




Compte rendu du Grand 24 Heures du COQ 2016

Du 20 mai 17 h au 21 mai 17 h

Après avoir fait relâche l’an dernier en raison de la tenue des activités du 60e anniversaire du club, le Grand 24 heures du COQ était de retour le printemps dernier, du vendredi 20 mai à 17 h au samedi 21 mai à 17 h.

Le beau temps était de la partie avec, en prime, un chaud soleil samedi à partir de la fin de la matinée. Mais force est de constater que la migration n'était pas vraiment au rendez-vous, contrairement à la fin de semaine précédente avec l’arrivée massive de plusieurs espèces de passereaux. Ce déblocage soudain a sans doute dilué quelque peu la migration des jours suivants.

Malgré tout, les efforts concertés de près d'une trentaine de participants ont permis de cumuler un total fort respectable de 186 espèces, soit seulement six espèces de moins que la moyenne des 19 années de l’activité (192 espèces). Le record de 206 espèces, établi en 2007, reste donc intact. Toutes les régions de notre grand territoire ont été couvertes, sauf une partie de Lotbinière.

Dans l’ensemble, les anatidés furent au rendez-vous, de même que les rapaces diurne. La date plutôt hâtive de l’activité nous a fait manquer quelques tyrannidés tardifs, ce qui est normal. Mais ce qui a fait plus mal, ce sont les limicoles et les oiseaux marins dont la récolte a été plus mince qu’à l’habitude. Il serait hasardeux d’établir ici une relation de causes à effets, mais les baisses importantes des effectifs globaux constatées ces dernières années parmi ces deux groupes d’oiseaux ne sont pas de nature à nous rassurer. D’ailleurs, les deux grands absents de la présente édition, qui manquent à l’appel pour la première fois, sont le Goéland arctique et la Mouette tridactyle. Pour sa part, la Paruline triste nous fait faux bond pour une seconde fois.

Parmi les espèces marquantes, notamment celles qui ont été observées moins de 10 fois dans le cadre du 24 heures, on peut mentionner le Fuligule à tête rouge (Montmagny, notamment), l’Eider à tête grise (Charlevoix), le Dindon sauvage (la seconde fois seulement), le Grèbe jougris, le Petit Blongios (marais Provancher), la Grue du Canada (marais Provancher) et la Mouette atricille (Saint-Irénée). Mais la vedette incontestée de cette année est certes ce magnifique Piranga vermillon découvert au Domaine de Maizerets et qui a fait le bonheur de quelques chanceux dont Jean-Guy Picard. C’est le seul ajout à la liste cumulative de tous les 24 heures, une 265e espèce.

Encore une fois, un gros merci à tous les participants !

Le coordonnateur du 24 heure du COQ,
Gaétan Lord



Retour à l'accueil du Grand 24 Heures du COQ